Connexion / Inscription

Actualités

Restez informés des dernières actualités rédigées par les thérapeutes de la plateforme
BABY BLUES OU POST-PARTUM

BABY BLUES OU POST-PARTUM

L’arrivée d’un bébé chamboule irrémédiablement le quotidien d’une femme.
En devenant mère, elle doit faire face à de nouvelles responsabilités, à des changements physiques et psychologiques.
Les termes baby-blues et dépression post-partum (ou post-natale) reviennent souvent pour parler de la déprime et de la chute de moral qui suit l’accouchement.

Souvent, c’est une accumulation de plusieurs facteurs, tels qu’une grande fatigue, un manque de soutien des proches, un sentiment de solitude, un bébé difficile à gérer ou différent de ce qu’on avait imaginé, qui mènent à la dépression post-partum.
Celle-ci s’exprimera pas des symptômes dépressifs comme une grande tristesse, un isolement, un sentiment d’impuissance, une perte de goût pour la vie, une perte d’appétit, etc.

  1. Le baby blues correspond à la chute brutale du taux d’hormones qui survient à la suite de l’accouchement.
    Mais aussi, dans de nombreux cas, avec la montée de lait, et donc l’augmentation des taux d’ocytocine (l’hormone qui déclenche les contractions lors du travail et l’éjection du lait pour l’allaitement au sein) et de prolactine (qui favorise la lactation) dans le sang.
    Les bouleversements hormonaux, dont l’impact sur le moral n’est plus à démontrer, jouent donc un rôle important durant cette période.

Par ailleurs, la femme ne se sent pas toujours très à l’aise avec son corps.

  • Son ventre s’est soudainement détendu, mais les kilos superflus, eux, sont encore présents.
  • Elle doit s’accommoder d’abondants saignements, d’inconforts, voire de douleurs, au niveau du périnée.
  • Ce à quoi s’ajoute, pour certaines, la cicatrisation de l’épisiotomie ou de la césarienne.
  • Et la fatigue.

Le baby blues ne doit pas durer plus de quelques jours.
Il se termine en général au moment de la sortie de la maternité, avec le plaisir de rentrer chez soi, de retrouver son nid, ses repères.

Si la situation perdure, il ne s’agit plus du baby blues.
Et de vraies raisons de se sentir triste et seule peuvent émerger, comme une vie isolée à la campagne, un papa qui travaille beaucoup et n’est pas aussi présent qu’on l’aimerait…
Si les troubles sont plus accentués et persistent, consulter devient nécessaire, afin de dépister au plus tôt une éventuelle dépression postnatale.

2. La dépression maternelle du post-partum (aussi appelée dépression post-natale) est une toute autre pathologie.
Sa fréquence est de 10 à 15% des accouchées en France et le début est à 6 ou 8 semaines en post-partum (après l’accouchement).
La durée de cette dépression est spontanément de 6 mois à 1 an.

Quels sont les symptômes de la dépression post-natale ?

  • une tristesse intense et durable,
  • une perte d’élan vital et d’intérêt pour les activités du quotidien,
  • une fatigue intense (souvent dès le matin).

Le diagnostique, la maman éprouve au moins deux symptômes.

Ces symptômes (troubles de l’humeur) se manifestent de façon (quasi) permanente pendant une période supérieure à deux semaines ;
Ils entraînent une gêne importante dans la vie quotidienne après la naissance de bébé.

Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide !

Avec une psychothérapie courte de l’ordre de 8 à 10 séances, où la présence du thérapeute, décentre la jeune mère de sa relation pathogène avec l’enfant, lui permet de raconter, en les réactualisant, ses conflits passés, en particulier ses conflits avec sa lignée maternelle. Ces interventions suffisent souvent à désamorcer la relation négative avec l’enfant et à restaurer un climat de santé.  Elles améliorent la relation mère-bébé.

C’est pourquoi je propose à la maman un accompagnement bienveillant par téléphone ou skype, d’une ou deux séances de soutien pour une mise en place optimale de la relation mère/enfant. Il suffit parfois d’oser en parler pour dédramatiser, comprendre ce qui arrive pour vivre enfin sereinement sa maternité.

Chantal MAILLE

Chantal MAILLE

View all posts by Chantal MAILLE

Psychopraticienne

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0